La France bénévole
Publié par L’équipe Fonda le 12 juin 2012

La France bénévole

9ème édition - Mai 2012 Etude menée par France Bénévolat et Recherches & Solidarités

Sous la direction de Cécile BAZIN – Roger SUE – Dominique THIERRY - Jacques MALET

Avec la participation de Pierre BLEIN - Patrick BONNEAU – Thibault BORDEAUX – Alain DETOLLE - Pascal DREYER – Marie DUROS - Noémie LAGUESTE – Patrick LAVAURE – Pascal LOVICONI - Jean-Michel PETER – Michel de TAPOL – Daniel VAILLEAU – André VERCHERE

L’essentiel

Cette 9ème édition de La France bénévole se concentre sur les 11 à 12 millions de Français qui sont aujourd’hui bénévoles dans une association. Elle s’appuie sur les résultats d’une enquête menée en mars-avril 2012, auprès de 3.131 bénévoles, pour mieux comprendre comment leur action s’inscrit dans leur vie et dans leur parcours, et comment elle s’insère dans le projet collectif porté par leur association.

Du sens et des compétences : source d’épanouissement personnel, le bénévolat permet de donner du sens à sa vie à tout âge. Si le bénévole met ses compétences au service de son engagement, il en acquiert d’autres, dont il aura une large utilité dans ses études, comme dans sa vie professionnelle. Il aura aussi à coeur de les partager au sein du secteur associatif, notamment dans une démarche de transmission entre les générations.

Un véritable équilibre : chacun devra revoir ses idées reçues car être bénévole ne veut pas dire renoncer à d’autres activités. Le partage du temps se fait sans trop de difficultés pour ceux qui s’engagent dans les associations. L’engagement des jeunes ne se distingue pas vraiment de celui de leurs aînés : ils sont attachés aux projets collectifs et ils sont plus « mobiles » (parfois par contrainte) que « zappeurs ».

Un effet de levier sur les autres domaines : les bénévoles marquent l’influence de leur engagement dans leur vie, dans leurs études, dans leur recherche d’emploi, dans leur parcours professionnel et dans leur vie post professionnelle. D’une manière d’autant plus incontestable qu’ils le font sur des sujets concrets, ils expriment à quel point se préoccuper des autres les satisfait et les épanouit.
Quelques marges de progression : les bénévoles sont parfois en décalage par rapport au projet collectif de leur association, par manque d’intérêt ou par manque d’information. Certains ne savent pas comment valoriser leur expérience bénévole sur le plan professionnel, notamment dans leur CV. Tout comme bien des employeurs sont encore trop peu convaincus des apports du bénévolat, lors d’un
recrutement, et de l’intérêt de le valoriser au sein de leur entreprise.

Documents joints à cet article

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?