La tribune fonda n° 225   La force de l’entraide
Publié par L’équipe Fonda le 26 juin 2015

La tribune fonda n° 225 La force de l’entraide

Edito et sommaire ci-après

La force de l’entraide

Sommaire

- Echange, don, entraide, par Etienne Autant
- Pour un statut juridique de l’entraide civile, par Michel Bérard
- Accompagner les individus dans le retour à l’emploi, par Véronique Marguet
- Entraide intergénérationnelle : le logement, par Anne-Carole Poitrenaud
- Quand le numérique renouvelle l’entraide, par Michel Briand
- Entraide sociale et développement endogène, par Paul Samangassou
- Les mécanismes de l’entraide familiale, entretien avec Françoise Le Borgne-Uguen

Edito par Yannick Blanc

Au cœur du faire ensemble
L’entraide est sans doute la forme la plus élémentaire du fait associatif. Dans les situations de dénuement, de détresse ou de danger, elle est ce par quoi se manifeste la force profonde du collectif. C’est après avoir rencontré deux associations, Voisins et citoyens en Méditerranée et Force cadres, dont on trouvera ici les témoignages, que j’ai proposé à la Fonda d’ouvrir une réflexion sur ce thème. Il n’y a pas loin de s’entraider à faire ensemble, alors pourquoi ne pas considérer l’entraide comme un fait porteur d’avenir ?

Au moment où émerge « l’économie du partage », dont la prospérité de certains acteurs montre qu’elle est avant tout une économie de l’échange marchand fondée sur de nouvelles chaînes de valeur, il n’est pas inutile de se demander si l’économie du don n’est pas susceptible, elle aussi, de prendre de nouvelles formes. En observant les mutations de l’engagement bénévole, nous avons montré que la société d’individus qui est la nôtre n’est pas pour autant une société exclusivement individualiste. Si nous regardons maintenant de plus près les pratiques d’entraide, nous allons très vite nous retrouver dans l’intimité de l’individu relationnel. Françoise Le Borgne-Uguen analyse les relations d’entraide entre générations au sein de la famille comme des manifestations spontanées de la résilience sociale face au vieillissement, à la dépendance et aux effets de la précarité prolongée des jeunes adultes. Loin des querelles idéologiques sur le modèle « naturel » de la famille et sur ses enjeux symboliques, celle-ci soutient l’apprentissage de la reliance qui permet aux individus d’affronter les incertitudes d’une société à la fois fragmentée et fluide.

L’expérience de Force cadres et de Voisins et citoyens en Méditerranée invite à réfléchir à la place qui devrait être reconnue à l’entraide comme alternative à la prise en charge par les moyens de l’État providence, stigmatisés sous le vocable d’assistanat. À côté de l’éthique du care, c’est-à-dire de la sollicitude apportée aux personnes en situation de dépendance (enfants, victimes, personnes très âgées ou porteuses de handicap), il faut faire une place à l’éthique de l’entraide qui permet à des personnes en situation de vulnérabilité, chômeurs ou exclus, de mettre en commun et d’échanger une capacité d’agir permettant à chacun d’entre eux de reconquérir autonomie et dignité.

Le combat engagé par Michel Bérard pour la reconnaissance d’un statut juridique et fiscal de l’entraide civile mérite d’être soutenu, pas seulement au nom des associations qui, depuis les Compagnons d’Emmaüs de l’Abbé Pierre, ont fait de l’entraide une arme de lutte contre l’exclusion et la pauvreté, mais aussi parce que l’entraide, l’échange gratuit, le don réciproque sont en mesure de fournir à la société toute entière les externalités, c’est-à-dire les biens communs issus de l’activité mais non marchands, que l’économie publique ne parvient plus à produire. Au-delà des échanges gratuits entre individus que permettent des réseaux comme celui des Accorderies (1), Michel Briand et Anne-Carole Poitrenaud montrent ici comment les pratiques d’entraide prolongent ou renouvellent les politiques publiques dans des domaines aussi cruciaux que le logement, la santé, l’éducation ou la culture. Vue d’Afrique, plaide enfin Paul Samangassou, l’entraide issue de la tradition s’affirme comme alternative aux échecs de l’aide publique au développement.

*

Au moment où nous bouclons ce numéro de La tribune fonda paraît la douzième édition de La France bénévole, l’étude annuelle de Recherches & Solidarités, intitulée « Les mille et une façons d’agir »(2). Le travail patient et obstiné de Cécile Bazin et Jacques Malet se bonifie avec le temps, il gagne chaque année en finesse et en pertinence. Tous ceux, et ils sont nombreux ces temps-ci, qui s’intéressent au bénévolat, au fait associatif et à l’engagement citoyen doivent absolument lire cette enquête qui permet de comprendre où sont, dans la société française, les ressources de l’action collective au service de l’intérêt général. À l’inquiétude massivement répandue devant l’affaiblissement de la cohésion sociale répond une envie d’agir, de servir à quelque chose, de faire bouger la société qui mobilise en pourcentage de la population française, 22 % de donateurs, 23 % d’adhérents à une association, 15 % de bénévoles et 7 % de dirigeants associatifs. Ne cherchons pas ailleurs la « réserve citoyenne », mais donnons-lui toute sa place !

(1) www.accorderie.fr
(2) www.recherches-solidarites.org/

Vous pouvez commander un ou plusieurs exemplaires de ce numéro directement en ligne
ou par en adressant un bon de commande à notre service gestion.

Partager cet article

Un message, un commentaire ?
Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document