Innovation sociale

Projet en coopération - Laboratoire d'initiatives alimentaires

e-graine
Et Hannah Olivetti
E-graine est un mouvement d’éducation à la citoyenneté mondiale. Depuis 2006, ce mouvement associatif d’envergure nationale souhaite rendre accessible au plus grand nombre les dynamiques de transition sociale et écologique. Pour cultiver l’envie d’agir au quotidien, e-graine mène des actions prenant des formes multiples : la conception et l’animation de dispositifs éducatifs, l’impulsion de démarches de mobilisation et de participation citoyenne, ainsi que l’organisation de formations sur tout le territoire national. Une association régionale est née en 2016 en Nouvelle-Aquitaine. Trois thématiques sont au cœur de ses actions : la consommation responsable, la citoyenneté et le « faire ensemble ».  
Projet en coopération - Laboratoire d'initiatives alimentaires
Micro-trottoirs © e-graine

Dans le cadre du programme Faire Ensemble 2030, la Fonda souhaite valoriser les coopérations pluriacteurs. Cette fiche s’intéresse à un projet en préfiguration, le laboratoire d’initiatives alimentaires de la Benauge (Bordeaux) qui vise à être un lieu d’émancipation pour une démocratie alimentaire. Hannah Olivetti a rédigé cet article, suite à un entretien le 19 avril 2021 effectué avec Gabrielle Rodriguez, chargé de développement chez e-graine Nouvelle Aquitaine.  

L’accès encore inégal à une alimentation saine et durable 

L'accès à une alimentation saine et durable constitue un enjeu fort sur le territoire néo-aquitain, souligne Gabrielle Rodriguez, chargée de développement d’e-graine Nouvelle Aquitaine. La précarité alimentaire demeure en effet bien présente sur ce territoire, comme l’a mis en lumière le diagnostic territorial, initié en 2019, par e-graine en Nouvelle-Aquitaine. Depuis 2018, l’alimentation est un axe fort des actions de cette association. Concrètement, elle organise des actions éducatives sur cette thématique (animations d’ateliers et de parcours dans les établissements scolaires, actions de rue avec les habitants, etc.) et participe à des instances de concertation locales, telle que le conseil consultatif de gouvernance de l’alimentation durable de Bordeaux Métropole.  

Malgré cet engagement fort pour une alimentation saine et durable, e-graine estime devoir aller plus loin sur ce sujet. L'équipe souhaite expérimenter un projet innovant et structurant sur cette thématique dans un QPV, puis le dupliquer sur d’autres territoires. C'est ainsi qu’a émergé en 2019 le laboratoire d’initiatives alimentaires. L'ambition est grande :  créer un lieu d’expérimentation et d’émancipation pour une démocratie alimentaire locale, où les habitants pourront se réapproprier leur alimentation et dialoguer avec les autres acteurs concernés (producteurs, distributeurs, etc.). 

Une analyse fine de l’opportunité de réaliser un tel projet  

Dès 2019, e-graine s’est lancée dans des analyses territoriales pour identifier le territoire d’accueil le plus pertinent d’une telle expérimentation. Des entretiens semi-directifs avec les acteurs locaux et des recherches documentaires ont été menés sur cinq territoires en 2019, dont deux en milieu rural et trois dans des QPV de Bordeaux Métropole. C'est finalement le QPV de la Benauge (Bordeaux) qui a été choisi.   

Micro-trottoir d'e-graine Nouvelle Aquitaine © e-graine
Micro-trottoir © e-graine

Pour affiner la compréhension des enjeux et des besoins locaux, un travail d’enquête auprès des premiers concernés a eu lieu avec une centaine d’habitants consultés au travers d’un questionnaire et d’actions en micro-trottoirs en 2020. Un réel besoin d’accéder à des produits de qualité, peu chers et locaux est remonté régulièrement. Sur ce territoire, l’offre alimentaire saine et durable est quasi absente, à l'exception du réseau VRAC de Bordeaux (Ces groupements d’achats favorisent l’accès au plus grand nombre à des produits de qualité à des prix bas dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville). Autre fait marquant, divers types d’acteurs (socio-éducatifs, culturels, sportifs) et dynamiques sont présents sur le quartier ou à proximité, abordant, entre autres, la thématique alimentaire. 

Désormais, une étude de faisabilité sur le développement du laboratoire d’initiatives alimentaires est actuellement en cours. Prévue pour le dernier trimestre 2021, elle vise à confirmer le besoin social identifié, mais aussi à continuer à accompagner les habitants dans leurs réflexions sur l’alimentation. Ce sera l’occasion de rédiger un support méthodologique duplicable et utilisable par d’autres acteurs sur d’autres territoires. De nombreux aspects vont être abordés et partagés comme l’analyse de l’écosystème, le modèle socio-économique, la gouvernance du lieu, l’offre du lieu, ainsi que son plan d’action, etc.  

En parallèle de ce travail d’analyse et de préfiguration de ce projet, des actions de terrain, notamment de sensibilisation, sont menées avec les habitants.  

                              

L'importance de la fonction de soutien incarnée par e-graine

Pour mener à bien tout ce processus de coconstruction avec les acteurs locaux, il est essentiel qu’une structure assume une fonction de soutien. Cette fonction consiste à assurer la structuration et l’animation d’un collectif d’acteurs. Dans la littérature anglophone sur l’impact collectif, on parle de fonction backbone, littéralement “colonne vertébrale” en français.  

Dans ce projet, c’est e-graine qui impulse la dynamique coopérative et facilite la structuration de cette communauté d’acteurs dédiée à l’alimentation saine et durable :  

  • Elle cartographie les acteurs locaux,  
  • Elle prend contact avec eux pour comprendre leurs besoins, leurs enjeux, et leurs leviers motivationnels à participer à cette démarche, 
  • Elle construit avec les acteurs locaux un diagnostic du territoire,  
  • Elle fait participer les premiers concernés, les habitants, dès le début du projet au travers d’ateliers, de micros-trottoirs, en utilisant l’intelligence collective, 
  • Elle fédère les acteurs locaux autour d’un cap stratégique clair, impactant et répondant aux enjeux du territoire, 
  • Elle met à disposition des ressources (documentaires, filmographiques, etc.) pour faciliter l’appropriation des enjeux dans des lieux ressources du quartier, comme la bibliothèque, le centre d’animation ou bien encore des écoles, 
  • Elle impulse la construction d’une gouvernance partagée avec les acteurs locaux : acteurs institutionnels et financiers, structures du terrain et habitants.  
  • Elle coordonne le dispositif et en assure le pilotage. 

Toutes ces missions sont indispensables pour « faire ensemble », qui est dans l’ADN d’e-graine.

                              

La création d’une gouvernance partagée de ce projet

Cette phase de préfiguration du lieu est l’occasion pour expérimenter une gouvernance partagée entre les acteurs locaux, explique Gabrielle Rodriguez.

e-graine Nouvelle Aquitaine
Première rencontre du cercle agitateur·trices d'e-graine Nouvelle Aquitaine © e-graine

Trois cercles vont voir le jour d’ici juillet 2021 car il est essentiel de tisser des liens entre eux :  

  • Les premiers concernés, les habitants, prennent part au premier cercle.  
  • Les acteurs de terrain sont réunis dans le cercle des “agitateurs et agitatrices”. Des associations socio-éducatives y prennent part, ainsi que des acteurs de la promotion de la santé (comme une nutritionniste). Des producteurs et des associations de prévention de l’environnement vont être prochainement mobilisés. 
  • Les acteurs institutionnels et financiers constituent le troisième cercle, dont la mairie de Bordeaux, Bordeaux Métropole, le département de la Gironde, la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF), l’Agence régionale de santé (ARS), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), etc. 

Dans ces espaces de réflexion, chacun pourra apporter son expérience et partager ses attentes sur ce projet. Ensemble, ils définiront et construiront une vision partagée du laboratoire d’initiatives alimentaires. L'objectif, à plus long terme, est de collectivement s’approprier cette gouvernance partagée et de l’utiliser pour la gestion de ce lieu. 

Le laboratoire d’initiatives alimentaires est un projet ambitieux pour favoriser une alimentation saine et durable dans un quartier prioritaire de la politique de la ville. A la confluence d’autres thématiques clefs, tels que l’éducation et la santé, l’alimentation est un enjeu central dont tout le monde devrait pouvoir se saisir. Les choses avancent vite : l’ouverture du lieu est prévue dans le courant de l’année 2022. Affaire à suivre.  

Cas pratiques et initiatives